GALERIE DIVISION

MASKULL LASSERRE


EXPOSITION EN COURS | 2019
IMMOVABLE OBJECTS, UNSTOPPABLE FORCE
MONTRÉAL
6 fév - 30 mars


 

ŒUVRES | COMMUNIQUÉ DE PRESSE | VIDÉOS | CV

Vernissage le 6 février de 18h à 21h

Study for Cord Progression , 2017 (Détail).

Study for Cord Progression, 2017 (Détail).

IMMOVABLE OBJECTS, UNSTOPPABLE FORCE

La Galerie Division est fière de présenter Immovable Objects, Unstoppable Force, une exposition de Maskull Lasserre.

Présentée pour la première fois à la Art Gallery de Grande Prairie au début de 2018, cette exposition met en lumière les tensions inhérentes entre l’artisanat, l’industriel et le naturel. Les oeuvres de Lasserre s’offrent tels des récits sans fin, aboutissements et catastrophes qui progressent bien au-delà des sculptures elles-mêmes, présentant des alternatives et des répercussions inattendues à des situations que l’on ne remet habituellement pas en question.

Tensions et hyperboles se fondent, fossilisées dans une alchimie matérielle: un piano se trouve à être de l’acier, le bois devient mouvant comme de la corde, oiseaux et araignées révèlent une force digne de l’industrie hydraulique. L’exposition de Lasserre est composée de mises en scène sculptées et soudées, se faisant face et faisant face aux préconceptions du visiteur sur le sujet et le matériel. Immovable Objects, Unstoppable Force examine le poids littéral et figuratif de tels chocs.

Les résultats de ces confrontations remettent en question la physique actuelle et les vérités de ce réel imaginé. À propos du travail de Lasserre, l’écrivaine et critique Rachel Anne Farquharson écrit: «Cette exposition est l’histoire non seulement de la curiosité, mais également des limites de la science et de la science des limites de la créativité… L’écart entre la vérité et la fiction.» (traduction libre) Factuels et convaincants, les croquis d’anatomie et les interprétations scientifiques de cette exposition évoquent l’austérité d’une impulsion méthodique et empirique. L’artiste imagine une variété de possibilités, qui démontrent son attachement à la mécanique de l’énergie et des forces du monde naturel, métaphores des anxiétés et incertitudes du climat politique de post-vérité.

Maskull Lasserre (Calgary, 1978) a fait sa formation en Afrique du Sud. Il détient un baccalauréat en arts visuels et philosophie (Mount Allison University), ainsi qu’une maîtrise (Concordia University). Ses expositions incluent Dismaland de Banksy et Swept Away (Museum of Art and Design, New York). Il a été artiste invité au Broad Institute (MIT, Harvard) et dans le cadre du Programme d’arts des Forces canadiennes (Afghanistan). Son travail apparaît sur la monnaie canadienne et fait partie de collections au Canada et à l’étranger, dont celles du Musée des beaux-arts de Montréal, du Musée national des beaux-arts du Québec et du Musée canadien de la guerre. Pour la Biennale de Vancouver 2018-2020, il produira une oeuvre sculpturale majeure.