EXPOSITION PASSÉE

2016 I NICOLAS BAIER >
ASTÉRISMES
MONTRÉAL
16 sept - 15 nov



 ŒUVRES | COMMUNIQUÉ DE PRESSE | CV

ASTÉRISMES
16 sept – 15 nov

Vanité (bureau astro),  2016, Acide polylactique, acier, aluminium, matériaux mixtes, 76 3/8 x 192 1/8 x 144”

Vanité (bureau astro), 2016, Acide polylactique, acier, aluminium, matériaux mixtes, 76 3/8 x 192 1/8 x 144”

La Galerie Division est fière d'annoncer son retour avec la programmation d'automne qui présentera Astérismes, l'exposition des nouvelles oeuvres de l'artiste québécois acclamé, Nicolas Baier.

Nicolas Baier s'est, par le passé, intéressé à la représentation des objets qui nous entourent et à la maximisation de celle-ci par l'art, plus spécifiquement en utilisant la photographie et la numérisation. Son travail consistait en une recherche sur la photo elle-même et sur ses possibilités, recherche qui impliquait une remise en question de cette technique à l'ère du numérique. À travers ses expérimentations, Baier est parvenu à soulever le changement de perspective que celle-ci engendre sur notre vision du monde alors qu'elle altère notre/le réel. Après avoir examiné son environnement immédiat, Baier se tourne depuis plusieurs années vers l'infiniment grand et l'infiniment petit et fouille les questionnements métaphysiques rattachés à ces espaces du non-visible. Il s'approprie l'imagerie scientifique qui tente de les rendre accessibles et sonde par le fait même les connaissances inhérentes à ces conceptualisations.

L'exposition Astérismes (figures créées par l'être humain en reliant des étoiles qui se démarquent par leur éclat et qui n'ont aucune affinité du point de vue scientifique) est un assemblage d'œuvres qui se déploient à travers ces réseaux présents dans la nature et ceux que nous élaborons dans la formation de notre savoir, les deux agissant comme charpente de notre monde. Dans une ère séculière où le sens des choses est en construction, c'est de cette nouvelle foi en l'outil de perception qu'est la science que Baier cherche à extraire une spiritualité qu'il intègre dans ses oeuvres. De par leur mode de fabrication, ces dernières se rapprochent de cette science elle-même, en faisant appel aux dernières technologies de production.

Ici, où le temps de l'humanité et le temps de l'univers s'entremêlent, où le réel scientifique est réel poétique, le sujet est confronté à sa quête de saisie du monde et a le mandat de se réapproprier sa place dans un univers qui ne peut être construit et pensé sans sensibilité.

Le travail de Baier a entre autres été présenté au Massachusetts Museum of Contemporary Art, au Musée des beaux-arts du Canada, au Musée canadien de la photographie contemporaine, au Musée d'art contemporain canadien et au Musée national des beaux-arts du Québec. Ses œuvres se retrouvent dans plusieurs collections privées et publiques, notamment celles du Musée des beaux-arts du Canada, du Musée des beaux-arts de l'Ontario et la collection Schwartz de la Harvard Business School.

PDF